4,625

Agir

Agir, n'est-ce pas le plus propre de l'homme : concevoir des fins, délibérer avec les autres sur les raisons de les choisir et sur les moyens de les accomplir, pour transformer le monde, autrui et soi-même, afin de vivre aussi bien que possible ?
Or, la condition démocratique de l'homme contemporain se caractérise par la perte d'autorité des instances qui légitimaient traditionnellement les normes de l'action (Dieu, la Nature, l'Histoire puis l'Homme lui-même). Cette perte engendre aujourd'hui un débat incessant et des combats récurrents à propos de la meilleure façon d'agir et donc de vivre, aussi bien personnellement que collectivement, comme en témoignent la libéralisation des mœurs et la rencontre des cultures, par exemple.
N'est-il pas alors nécessaire, pour plus de lucidité et de responsabilité, d'examiner à nouveau les finalités et les modalités de l'action humaine, tout comme ses capacités et ses limites, dans les grands domaines des rapports des hommes entre eux et au monde : l'art, la religion, la technique, la science, la politique, le droit, la morale et la philosophie elle-même ?
Joël GAUBERT, Directeur éditorial aux Editions M-Editer
Agir, n'est-ce pas le plus propre de l'homme : concevoir des fins, délibérer avec les autres sur les raisons de les choisir et sur les moyens de les accomplir, pour transformer le monde, autrui et soi-même, afin de vivre aussi bien que pos...
Play all

Loading...

to add this to Watch Later

Add to

Loading playlists...