4,620

Le corps

Si le corps est bien au cœur de la condition humaine, qui est d'être incarnée, pendant des siècles et même des millénaires la primauté a le plus souvent été accordée à l'âme, le corps représentant un obstacle à son édification morale et, surtout, à son salut spirituel.
Il a donc fallu attendre que la modernité rompe avec la métaphysique et s'adonne à la physique pour que le corps soit enfin réhabilité et que « les soins du corps » en viennent à déclasser l'antique « soin de l'âme ». Notre époque hyperesthétisée n'a-t-elle pas substitué une beauté matérielle énergique à la beauté classique, spirituelle et statique, aussi bien dans les arts que dans les mœurs, ce qui semble plus propice à l'épanouissement personnel de chacun, ici et maintenant, par le biais d'un bodybuilding généralisé ? Les progrès spectaculaires des sciences et des techniques ne nous promettent-ils pas la santé perpétuelle, voire l'immortalité corporelle, dernière « frontière » qui semble même avoir rendu obsolète toute perspective de révolution politique ?
Mais qu'en est-il d'une telle promesse à l'heure du spectacle envahissant des corps stressés, flexibilisés, déplacés, drogués, médicalisés, appareillés, marchandisés, clonés, fragmentés, découpés, décapités, déchiquetés, brûlés, explosés ? La destruction des corps serait-elle la suite obligée de la dissolution des âmes ? L'obsédante mise en scène des corps relève-t-elle d'une entreprise d'émancipation ou bien d'aliénation ?
Joël GAUBERT, Directeur éditorial aux Editions M-Editer
Si le corps est bien au cœur de la condition humaine, qui est d'être incarnée, pendant des siècles et même des millénaires la primauté a le plus souvent été accordée à l'âme, le corps représentant un obstacle à son édification morale et, s...
Play all

Loading...

to add this to Watch Later

Add to

Loading playlists...