Loading...

Grand Corps Malade en duo avec Francis Cabrel - La Traversée (Audio)

466,786 views

Loading...

Loading...

Rating is available when the video has been rented.
This feature is not available right now. Please try again later.
Published on Nov 4, 2013

Extrait de l'album "Funambule" : https://GCM.lnk.to/Funambule

Suivez Grand Corps Malade sur
Facebook : https://www.facebook.com/GrandCorpsMa...
Twitter : https://twitter.com/grandcorpsmalad
Spotify : https://GCM.lnk.to/ProfilSpotify
Deezer : https://GCM.lnk.to/ProfilDeezer
Apple Music : https://GCM.lnk.to/ProfilAppleMusic

Francis Cabrel apparaît avec l'aimable autorisation de Chandelle Productions et de Columbia/Sony Music Entert. France

Arrangements : Ours & Ben Ricour
Guitares : Ours, Francis Cabrel & Ben Ricour
Batterie : Ours — Choeurs : Ours, Francis Cabrel & Ben Ricour
Trompette : Ibrahim Maalouf

C'est moi qui tiens le p'tit troquet de ce côté-ci de la place — J'ai des clients fidèles, des piliers de bar et de terrasse —
Je garde un mot et un sourire pour chacun d'eux, c'est mon métier — Mais je n'ai d'yeux que pour elle,
c'est la plus jolie du quartier — Assise, les jambes croisées, de grands yeux verts comme des calots —
Elle aime rester dehors et siroter sa menthe à l'eau — Mais c'est la fin d'après-midi et quand le soleil s'étire —
Toute ma terrasse se met à l'ombre et je vois la belle partir
C'est moi qui tiens le grand café — De l'autre coté de la place — Quand vient la fin de la journée —
J'récupère les clients d'en face — Car le soleil de 18 heures — Inonde mes tables et nos visages —
Imaginez mon bonheur — Quand vient la plus belle du village
Oh, c'est la traversée — Oh, je la vois s'éloigner — Oh, c'est la traversée — Oh, je la vois s'approcher
Je reste muet les pieds cloués, les bras ballants, la mort dans l'âme — Car comme chaque jour, le soleil a réorienté
ses flammes — Alors la belle m'a laissé là, seul dans ma peine et ma pénombre — Je vois sa silhouette rétrécir
et s'éclairer dans l'autre monde
Je prends le soleil dans les yeux — Celui qui dessine les contours — De celle qui remplit tous mes voeux —
L'amour s'approche à contre-jour — Puis elle s'assoie de toute sa classe — Croise ses jambes interminables —
Elle est à moi sur ma terrasse — Je toise au loin l'autre minable
Mes yeux la suivent nerveusement, elle a repris une menthe à l'eau — Je vois le sourire arrogant du gars d'en face,
le vieux salaud — Tant qu'le soleil se couche à l'ouest, je serai le perdant de ce jeu — À moins qu'un jour
j'ose le geste, au grand café mettre le feu
Oh, c'est la traversée — Oh, je la vois s'éloigner — Oh, c'est la traversée — Oh, je la vois s'approcher
Ombre contre soleil, cette traversée dure depuis la Rome antique — Les belles femmes aiment la lumière...
N'y voyez pas de symbolique
Oh, c'est la traversée — Oh, je la vois s'éloigner — Oh, c'est la traversée — Oh, je la vois s'approcher

Loading...

When autoplay is enabled, a suggested video will automatically play next.

Up next


to add this to Watch Later

Add to

Loading playlists...