Loading...

Mondomix présente : Sheikh Ahmad Al-Tûni

10,832 views

Loading...

Loading...

Transcript

The interactive transcript could not be loaded.

Loading...

Loading...

Rating is available when the video has been rented.
This feature is not available right now. Please try again later.
Uploaded on Jul 10, 2009

Linshâd (chant religieux) de Sheikh Ahmad Al-Tûni diffuse la couleur de Dieu. Il la teinte, lui apporte les nuances de sa culture égyptienne et ses propres pigments.

Né dans le petit village de Mawatka, Al-Tûni appartient à cette génération de chanteurs soufis qui dès les années 30 empruntent aux chants populaires urbains les petites formations (takht) composées de percussions, de flûte qawwâl, et violon kamanga. Entièrement dévoués à la voix du soliste, les musiciens permettent au chanteur de forger son propre style.

"Chaque munshidîn doit trouver sa couleur spirituelle. Apporter quelque chose de nouveau au public". A limage dun peintre qui ne ferait confiance quà Dieu pour la réalisation de ses tableaux, seule linspiration divine compte.

"Je ne prépare rien. Je suis lesprit du moment et des textes que je chante. Avant darriver devant le public, je ne sais pas comment je vais chanter". Ses enluminures vocales de poèmes sacrés reflètent lamour de Dieu quil porte à saturation dans une transe affective grâce à sa voix rauque. Cette légende du chant religieux participe chaque année à plus de 200 nuits de chants lors de rassemblements soufis organisés dans toute lEgypte. Son charisme et son talent lui ont fait découvrir de nouvelles terres.

En 1998, le film Vengo de Tony Gatlif souvre sur sa rencontre historique avec Tomatito, le maître de la guitare flamenca. En 1999, une première prestation française au Théâtre de la Ville donne lieu a lenregistrement dun disque "Le sultan de tous les munshidîn". Les concerts se multiplient dans toute lEurope, les plus grands festivals internationaux laccueillent. A chaque fois il enflamme les dévots et fascinent les profanes. Filmé au Festival des Musiques Sacrés de Fès.


Zarsanga
Chanteuse emblématique du peuple pashtou, Zarsanga est née en 1951 dans le village de Khause au Nord-ouest du Pakistan dans une tribu de bergers. Zarsanga serait restée une simple bergère chantante si son futur mari, fasciné pas sa voix, ne lavait pas enlevée et épousée contre lavis de ses parents. Sa profonde inspiration et sa grande maîtrise dans linterprétation des formes poétiques namki et tappa ont fait delle une chanteuse recherchée.

En 1965, lors d'une fête de mariage, un musicien la remarque et l'emmène chanter à Radio Peshawar, qui par la suite la programmera à de nombreuses reprises et la rendra célèbre dans tout le pays.

Aujourdhui sa notoriété dépasse largement le cadre national. Sa voix résonne régulièrement dans de prestigieuses salles de concerts occidentales. Quelle se produise avec ses musiciens ou rencontre des univers aussi lointains du sien comme l'Ensemble de Musiques Médiévales de la flûtiste Magali Imbert, partout elle fait honneur à son surnom, "rameau dor", tout en restant dune extrême simplicité.

Filmé au Théâtre des Abbesses à Paris.

Loading...

to add this to Watch Later

Add to

Loading playlists...