Loading...

Table ronde : l'agro-pastoralisme un modèle à préserver

10 views

Loading...

Loading...

Transcript

The interactive transcript could not be loaded.

Loading...

Rating is available when the video has been rented.
This feature is not available right now. Please try again later.
Published on Nov 18, 2019

Animateur : Stéphanie GEROUDET, journaliste

Grand témoin :
- Jeanine DUBIE, députée des Hautes-Pyrénées, secrétaire générale de l’ANEM
- Jean-Paul CELET, préfet référent "loup", auprès du préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes, préfet coordonnateur du Plan national Loup
- Marc ZARROUATI, secrétaire général adjoint aux affaires régionales auprès du préfet de région Occitanie, préfet coordonnateur pour le pastoralisme et l'ours

Le président de la République s’était prononcé début de 2018 en faveur du modèle de l’agropastoralisme en déclarant qu’il ne doit pas être fragilisé par d’autres objectifs. Cette reconnaissance est venue appuyer la démarche des élus et des syndicats agricoles soulignant son apport pour les territoires de montagne en termes de biodiversité, de production de qualité, d’entretien et d’aménagement de l’espace, de prévention des risques naturels… Cependant, le secteur de l’élevage pastoral est gravement menacé du fait de l’inadaptation de la politique de préservation des grands prédateurs qui ne sont pourtant plus menacés d’extinction.

Pour préserver leurs troupeaux, les bergers sont soumis à des horaires de travail harassants et l’accumulation de fatigue, tant physique que psychologique, débouche sur des pathologies inquiétantes qui conduisent les caisses de mutualité sociale agricole à créer des dispositifs d’intervention spéciaux. La désespérance croissante des professionnels et de la population exige des réponses appropriées pour assurer la pérennité d’une activité ancestrale menacée de disparition. Au-delà de l’élevage, les répercussions sont systémiques avec des conséquences telles que l’abandon des estives, la dégradation des espaces désertés, l’inquiétude des résidents permanents, la pression sur l’activité touristique…Face à la fragilisation croissante d’un écosystème millénaire la question est posée de la place reconnue à l’homme dans la défense de la biodiversité.

Intervenants :
- André BARET, vice-président de l’USAPR
- Pascale BOYER, députée des Hautes-Alpes
- Philippe LACUBE, président de l’ACAP et de la chambre d’agriculture de l’Ariège
- Jean-Jacques LASSERRE, président du Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques
- François TACQUARD, président de la Communauté de communes de Saint-Amarin
- Philippe ROSSAT, éleveur ovin à Villargondran (Savoie)

Loading...

When autoplay is enabled, a suggested video will automatically play next.

Up next


to add this to Watch Later

Add to

Loading playlists...