Loading...

BLONDY BROWNIE - Enfin feat. Yvano De Biasio (Official Video)

2,700 views

Loading...

Loading...

Loading...

Rating is available when the video has been rented.
This feature is not available right now. Please try again later.
Published on Jun 10, 2017

"Enfin" is taken from the LP « Almanach » available on the 12’’ white vinyl & digital released on Luik Records in October, 2017.
Subscribe to the newsletter for pre-order (soon) » http://bit.ly/LUIKNEWS

Directed by Sebastien Alouf - http://www.sebastienalouf.com
Father: Yvano De Biasio
Daughter: Catherine De Biasio
Man: Franck Baya

Lyrics and music by Catherine De Biasio & Aurélie Muller

Management & Booking: damien@luikrec.com

Blondy Brownie
Facebook: http://www.facebook.com/blondybrownie
Spotify: http://bit.ly/BLONDYBROWNIE

Luik Records
Limited stuff: http://luikrec.bandcamp.com
YouTube: http://bit.ly/LUIKCHANNEL
Facebook: http://www.facebook.com/luikrec
Twitter: http://www.twitter.com/luikrec
Instagram: http://www.instagram.com/luikrec
Website: http://www.luikrec.com

Lyrics

Huit heures du matin, dehors le froid et le décor, comme tous les autres matins
Sur la route, le parcours, mon corps connaît par coeur, et je vais comme si de rien
Tout autour, la course est folle, et dans leurs costumes, pressés, les gens marchent sans voir
Que plus rien n'est comme hier, je peux sentir le vent , la peur et le néant

Huit heures du matin, la porte claque, tu t'en vas sans un signe de la main
Dans la foule qui te dévore, ta forme disparaît, tu ne te retournes pas
Le silence me revient, et à nous deux enfin, on finira sûrement
Par retrouver la paix, je ne sais plus la dernière fois que je l'avais

À la dérobée parfois, je te regarde bien, et dans chacun de tes gestes
Se révèlent les tournures, les faux airs empruntés de poupée que tu voudrais
Devenir exactement à l'image de celles que je croise tous les jours
Aux regards vides charmants, interchangeables âmes modèles sans histoires

Sur moi, je sens le tir croisé de leurs yeux, et à chaque fois je ressens
Une joie sourde et diffuse, qui explose à l'intérieur puis irradie lentement
Non, je ne les connais pas, ils ont toute sorte d'âges et d'allures mais pourtant
Ces hommages impurs, pourvu que jamais ne cessent leurs brûlures

Oh, je te revois encore, courir dans la maison, tous les jeux que nous avions
Comme tu étais légère, serrée contre moi, riant sous tes cheveux blonds
Ton amour et tes poèmes un jour se sont tirés avec tes 15 ans
Ton visage est un miroir où je peux contempler le déclin de notre histoire

Dans la nuit, quand je m'endors, c'est le sourire aux lèvres, car je sais bien que demain
Ses promesses d'aventures, me rapprochent de l'heure où je pourrai enfin…

Loading...

Advertisement
When autoplay is enabled, a suggested video will automatically play next.

Up next


to add this to Watch Later

Add to

Loading playlists...