Loading...

La Société du Spectacle, par Guy Debord (extraits)

15,281 views

Loading...

Loading...

Rating is available when the video has been rented.
This feature is not available right now. Please try again later.
Published on Jul 28, 2008

« Toute la vie des sociétés dans lesquelles règnent les conditions modernes de production s'annonce comme une immense accumulation de spectacles. »

63
Cest lunité de la misère qui se cache sous les oppositions spectaculaires. Si des formes diverses de la même aliénation se combattent sous les masques du choix total, cest parce quelles sont toutes édifiées sur les contradictions réelles refoulées. Selon les nécessités du stade particulier de la misère quil dément et maintient, le spectacle existe sous une forme concentrée ou sous une forme diffuse. Dans les deux cas, il nest quune image dunification heureuse environnée de désolation et dépouvante, au centre tranquille du malheur.

64
Le spectaculaire concentré appartient essentiellement au capitalisme bureaucratique, encore quil puisse être importé comme technique du pouvoir étatique sur des économies mixtes plus arriérées, ou dans certains moments de crise du capitalisme avancé. La propriété bureaucratique en effet est elle-même concentrée en ce sens que le bureaucrate individuel na de rapports avec la possession de léconomie globale que par lintermédiaire de la communauté bureaucratique, quen tant que membre de cette communauté. En outre la production des marchandises, moins développée, se présente aussi sous une forme concentrée : la marchandise que la bureaucratie détient, cest le travail social total, et ce quelle revend à la société, cest sa survie en bloc. La dictature de léconomie bureaucratique ne peut laisser aux masses exploitées aucune marge notable de choix, puisquelle a dû tout choisir par elle-même, et que tout autre choix extérieur, quil concerne lalimentation ou la musique, est donc déjà le choix de sa destruction complète. Elle doit saccompagner dune violence permanente. Limage imposée du bien, dans son spectacle, recueille la totalité de ce qui existe officiellement, et se concentre normalement sur un seul homme, qui est le garant de sa cohésion totalitaire. À cette vedette absolue, chacun doit sidentifier magiquement, ou disparaître. Car il sagit du maître de sa non-consommation, et de limage héroïque dun sens acceptable pour lexploitation absolue quest en fait laccumulation primitive accélérée par la terreur. Si chaque Chinois doit apprendre Mao, et ainsi être Mao, cest quil na rien dautre à être. Là où domine le spectaculaire concentré domine aussi la police.

65
Le spectaculaire diffus accompagne labondance des marchandises, le développement non perturbé du capitalisme moderne. Ici chaque marchandise prise à part est justifiée au nom de la grandeur de la production de la totalité des objets, dont le spectacle est un catalogue apologétique. Des affirmations inconciliables se poussent sur la scène du spectacle unifié de léconomie abondante ; de même que différentes marchandises-vedettes soutiennent simultanément leurs projets contradictoires daménagement de la société, où le spectacle des automobiles veut une circulation parfaite qui détruit les vieilles cités, tandis que le spectacle de la ville elle-même a besoin des quartiers-musées. Donc la satisfaction, déjà problématique, qui est réputée appartenir à la consommation de lensemble est immédiatement falsifiée en ceci que le consommateur réel ne peut directement toucher quune succession de fragments de ce bonheur marchand, fragments doù chaque fois la qualité prêtée à lensemble est évidemment absente

Loading...

When autoplay is enabled, a suggested video will automatically play next.

Up next


to add this to Watch Later

Add to

Loading playlists...