Loading...

Tunisie : au moins 20 morts

18,005 views

Loading...

Loading...

Transcript

The interactive transcript could not be loaded.

Loading...

Loading...

Rating is available when the video has been rented.
This feature is not available right now. Please try again later.
Uploaded on Jan 9, 2011

La Tunisie connaît depuis la fin décembre une rare agitation sociale, les jeunes dénonçant la pénurie d'emplois. Le président Zine al Abidine Ben Ali a déclaré que les manifestations violentes étaient inacceptables et le gouvernement les a imputées à une minorité d'extrémistes.

Le gouvernement a annoncé dans un premier temps la mort de huit personnes dans les villes de Thala et Kasserine, près de la frontière algérienne.

L'agence de presse officielle TAP, citant une source officielle, a ensuite fait état de quatre autres morts à Rgeb, à 210 kilomètres à l'ouest de la capitale, et deux dans la province de Kasserine.

Une figure de l'opposition, Nejib Chebbi, fondateur du parti PDP, a invité le président Ben Ali à décréter un "cessez-le-feu" pour éviter que le sang ne continue à couler et pour respecter le droit de la population à manifester pacifiquement.

Le PDP (Parti démocratique progressiste) de Chebbi ne contrôle aucun siège au parlement mais certains diplomates occidentaux voient en son chef le dirigeant le plus crédible d'une opposition faible et divisée.

DES VÉHICULES MILITAIRES À THALA ?

Selon le gouvernement, les manifestants de Thala ont lancé des pierres et des cocktails molotov sur les policiers.

Le gouvernement indique que les policiers ont agi en état de légitime défense.

"Plusieurs bâtiments officiels à Kasserine ont été attaqués par des groupes qui ont mis le feu et ont détruit trois banques, un poste de police et une station-service, et mis le feu aussi à un véhicule de police", lit-on dans le communiqué du gouvernement.

Chokri Hayouni, témoin des troubles à Kasserine, a déclaré à Reuters par téléphone : "Des jeunes gens lancent des pierres et des cocktails Molotov et les policiers ouvrent le feu un peu partout dans les rues de Kasserine."

Au moins six habitants de Thala, joints par Reuters au téléphone, ont indiqué avoir vu plusieurs véhicules militaires pénétrer dans la ville samedi soir. Il s'agit de la première information faisant état d'une intervention de l'armée aux côtés de la police pour mettre un terme aux émeutes. Aucun membre du gouvernement n'était joignable dimanche pour commenter cette information.

Les autorités tunisiennes assurent que la police n'utilise la force qu'en cas de nécessité pour empêcher les protestataires de mettre des vies en danger ou de saccager des bâtiments gouvernementaux.

Les Etats-Unis ont annoncé vendredi avoir convoqué l'ambassadeur de Tunisie à Washington pour faire part de leurs préoccupations concernant la situation dans le pays.

Loading...

When autoplay is enabled, a suggested video will automatically play next.

Up next


to add this to Watch Later

Add to

Loading playlists...