Upload

Loading...

Gouaich.mpg

1,094 views

Loading...

Loading...

Loading...

Rating is available when the video has been rented.
This feature is not available right now. Please try again later.
Published on May 26, 2012

Cheikh Hamada est le pseudonyme de El Hadj Mohamed Gouaïch, un chanteur algérien natif de Blad Touahria près de Mostaganem, né en 1889 et mort le 9 avril 1968. Il grandit et fait sa scolarité à Tidjit. Il ressent très jeune une vive passion pour la musique, et apprend dès son enfance la majorité des qasidas qu'il entendait. Il se lance dans une carrière artistique avec un répertoire musical d'une grande diversité.
Cheikh Hamada est le chantre éternel du chant bédouin. Il a fait partie du bouillonnement musical de l'entre-deux-guerres (puisque le sort de l'Algérie était lié à celui de la France qui se remettait à peine de la Première Guerre mondiale. Ce chanteur hors pair a enclenché la citadinisation du Bédouin traditionnel. Phénomène majeur dans la musique maghrébine.
Il aura eu de son vivant révolutionné à lui seul la tradition musicale dans le genre bédouin et ce, en réussissant de façon magistrale à brosser la poésie citadine entre hadri, haouzi et aroubi et sur le plan musical il a apporté la précision du jeu en utilisant que deux flutistes au lieu de trois.
Dans ses compositions, la gasba sera remaniée et à laquelle il lui apportera une touche propre à la région des Medjahers (Algérie)|], influençant ainsi le répertoire chaâbi qui entre sous sa férule, dans le mode bédoui.
Ami intime de Hadj El Anka, autre artiste algérien de référence, ils avaient pour habitude, lors de dîners philosophiques avec les poètes, les musiciens comme Hadj Lazoughli, Hachemi Bensmir, Abdelkader El Khaldi, d'échanger, de travailler ensemble des qaçayds (poèmes).
Cheikh Hamada sera aussi un maître pour les jeunes générations. Il recevra dans sa maison plusieurs artistes comme Maâzouz Bouadjadj, leur expliquant, parfois, pendant de longues heures, une tonalité, une strophe, le sens caché d'un mot, d'un vers, d'une qasida.
Il a fait connaître cette musique basée sur des poésies bédouines ancestrales et une influence judéo-arabe harmonique en rapprochant la campagne et la ville. Il a ainsi élargi le mouvement sur toute l'Algérie et par delà les frontières.
Contrairement à beaucoup d'Européens à l'époque, qui se moquaient ouvertement (encore de nos jours) de ce type musical car modal et non tonal, Béla Bartók en fut extrêmement touché lors d'un voyage en Algérie de deux ans (1913-1915). Cela inspirera quelques morceaux.
Il a fait son premier enregistrement en 1920 et par la suite, il a continué à faire des disques en Algérie, à Paris et Berlin, jusqu'à sa mort.
Ce musicien et chanteur est aussi le père de deux fils résistants à l'ordre colonial tués durant la guerre de libération nationale de l'Algérie 1954-1962.

  • Category

  • License

    • Standard YouTube License

Loading...

When autoplay is enabled, a suggested video will automatically play next.

Up next


to add this to Watch Later

Add to

Loading playlists...