Loading...

Champguyon Bas

ArchiPol - Avant j'aimais les éoliennes

10,450 views

Loading...

Loading...

Transcript

The interactive transcript could not be loaded.

Loading...

Rating is available when the video has been rented.
This feature is not available right now. Please try again later.
Premiered Jun 26, 2019

« Avant j’aimais les éoliennes » - Une chanson écrite, composée et interprétée par ArchiPol, d’après la pièce éponyme de Hervé Biju-Duval
http://archipol.fr/

Vidéo réalisée par Yndako Productions, tourné le 28 mai 2019 à Champguyon (51) - https://www.facebook.com/yndakoturin/
Audio enregistré à l’Entresol Studio (Aubervilliers) le 27 mai 2019 (chant, guitare, violoncelle, glockenspiel, percussions corporelles : ArchiPol)

Projet produit et édité par ACBFC (Association collectif Bourgogne Franche-Comté) et l’APFA (Association paysages et Forêts de l’Armançon)

Texte de la chanson:

Ça fait maint’nant quinze ans qu’elles sont là
Cent mille éoliennes qui tournent à tour de bras
Un quart de kilomètre
Au-dessus de nos têtes ;
Qui sème le vent récolte la tempête.

Il était tout content, monsieur le maire
(Un fervent opposant au nucléaire)
Un grand vent d’enthousiasme
A nourri les fantasmes
D’une énergie propre et conduit au marasme.

Auparavant, j’aimais les éoliennes
Mais j’ai succombé au chant des sirènes
Et j’ai, en vrille, le vrombissement
De leur valse dans le vent
Adieu nos nuits étoilées, adieu nos belles aux bois dormants.

Et les vents vont
Et les vents viennent
Ils font tourner les éoliennes
Mais quand ils freinent
Quand ils s’éteignent
Qui fait tourner les éoliennes ?

Comme le soleil qui ne brille pas tout le temps,
Le vent, aussi, n’est qu’un intermittent,
Et c’est aux centrales thermiques
De faire tourner la boutique
Toujours besoin de courant même quand le vent nous fait la nique

Bien que tant d’oiseaux s’y soient coupés les ailes
Elles poussent à vitesse exponentielle
Plantées dans le béton
Crucifiant l’horizon
De la discorde, elles sont la fondation.

En vérité, en fait de cause climatique
Le calcul se révèle diabolique
Il y a tant de profit
A la clé pour les lobbys
La tragi-comédie d’une énergie à double-prix.

Et les vents vont
Et les vents viennent
Et tournent et tournent les éoliennes
Elles s’égrènent
Comme la gangrène
Dans nos campagnes quotidiennes

Au vent d’Eole comme au soleil d’Icare
On peut brûler ses ailes sans crier gare
Aux cris de l’ignorance
Sur ces gibets de potence,
Qui nous dira le prix du vent et des oiseaux en transhumance ?

On vend d’l’infox à pertes et fracas
A propos de l’éolien dans les médias
Ecoutez ces politiques
Avec leurs choix cyniques :
Une éolienne dans son jardin, c’est pas beau mais ça fait du fric !

Alors qu’en France, on est indépendant
En énergie sans carbone, on vend du vent
Et c’est en milliers de tonnes
Que l’on coule et qu’on bétonne
Le sol de nos forêts puits de carbone

Et les vents vont
Et les vents viennent
Et tournent et tournent les éoliennes
Et dans l’arène
En maîtres règnent
Des faux débats qui nous aliènent.

Mais l’anti-éolien accroît ses troupes,
Ses opposants ont bien le vent en poupe,
Plus qu’une armée de Don Quichottes
Portée par un vent de révolte
Face à ces champs de géants qui clignotent

Alors aujourd’hui, c’est quoi être écolo ?
C’est choisir nos forêts et les oiseaux
Plus de maisons énergivores
Régler la question des transports
Agir en responsables, enfin prendre en main notre sort.

Dans vingt-cinq ans, elles seront toujours là,
Grands mats sans bras passés de vie à trépas,
Je n’serai pas celui là
Qui aura dit autrefois
Les éoliennes ? Advienne que pourra !

Et les vents vont
Et les vents viennent
Elles finiront, les éoliennes,
Qu’à cela n’tienne
Semons les graines
Pour que l’avenir nous appartienne.

Loading...

Chat Replay is disabled for this Premiere.
When autoplay is enabled, a suggested video will automatically play next.

Up next


to add this to Watch Later

Add to

Loading playlists...