Loading...

Suzanne - Leonard COHEN

295,914 views

Loading...

Loading...

Loading...

Rating is available when the video has been rented.
This feature is not available right now. Please try again later.
Published on Feb 9, 2013

Suzanne - Leonard Cohen
Illustrations : D'après les Oeuvres de *Hans Jochem Bakker -
Représentation du mystère de l'Eternel Féminin

Painting : The mystery of the Eternal Feminine portrayed by *Hans Jochem Bakker


Suzanne est une chanson écrite par l'Auteur-Compositeur-Interprète canadien Leonard Cohen.
Les paroles apparaissent pour la première fois sous la forme d'un poème,
"Suzanne Takes You Down" dans un recueil écrit par Leonard Cohen
"Parasites of Heaven" (1966).
Plusieurs autres chansons de son premier album (Songs Of Leonard Cohen) trouvent leurs paroles dans ce recueil.
La chanson est enregistrée par Judy Collins l'année de la sortie du recueil et par Noel Harrison puis par lui-même en 1967.
Leonard Cohen précise, dans une entrevue accordée à la BBC, que la chanson parle de sa rencontre avec Suzanne Verdal, la femme du Sculpteur Armand Vaillancourt. La scène se passerait à Montréal, comme en témoignent plusieurs éléments : le fleuve (le Saint-Laurent), et la petite chapelle près du port, appelée Notre-Dame-de-Bon-Secours, qui est située sur le bord du port et qui fait face au soleil levant.
Suzanne Verdal ne cautionnera aucune des multiples interprétations que la chanson suggère.
La femme y est décrite comme une "demi-folle" avec laquelle "on pourrait passer une nuit entière" et avec qui "l'on voudrait voyager". Contrairement à certains écrits, cette chanson ne se réfère pas à celle qui sera la compagne de Leonard Cohen dans les années 1970, Suzanne Elrod.
Le deuxième couplet contient une discussion peu conventionnelle sur Jésus, qui a été retiré dans quelques reprises. Ce couplet fait référence à la figure de Jésus présente au sommet de l'Eglise des Marins à Montréal.


[Traduction]

Suzanne t'entraîne chez elle, si près de la rivière
Que tu peux entendre les bateaux s'en aller.
Tu peux passer la nuit à ses côtés
Et tu sais que cette fille est à moitié folle,
Mais c'est pour cette raison que tu veux rester.

Elle te nourrit de thé et d'oranges
Venus directement de Chine.
Et quand tu songes à lui dire
Que tu n'as aucun amour à lui donner,
Elle t'entraîne dans ses ondes
Et laisse la rivière répondre
Que tu es son amant depuis toujours.

Et tu veux voyager avec elle
Et tu veux voyager les yeux fermés
Et tu sais que tu peux lui faire confiance
Car tu as touché son corps parfait avec ton âme.

Et Jésus était un marin
Quand il marchait sur l'eau
Et il passa un long moment à observer
Du haut de sa tour solitaire en bois.
Et quand il eût la certitude
Que seuls les hommes sur le point de se noyer pouvaient le voir.
Il dit alors, tous les hommes seront des marins
Jusqu'au moment où la mer les libérera.
Mais lui-même fut brisé
Bien avant que le ciel ne s'ouvre
Abandonné, devenu presque humain
Il sombra comme une pierre.

Et tu veux voyager avec Lui
Et tu veux voyager les yeux fermés
Et tu penses que peut-être tu Lui feras confiance
Car Il a touché ton corps parfait avec son Esprit.

Maintenant Suzanne prend ta main
Et te conduit à la rivière
Elle est vêtue de haillons et de plumes
Venant de l'Armée du Salut
Tandis que le soleil se couche, comme le miel
Sur Notre-Dame Du Port,
Elle te montre où regarder
Au milieu des déchets et des fleurs.
Il y a des héros dans les algues,
Il y a des enfants dans le matin,
Ils s'inclinent par amour
Et ils s'inclineront ainsi pour l'éternité
Pendant que Suzanne tient le miroir.

Et tu veux voyager avec elle
Et tu veux voyager les yeux fermés
Et tu sais que tu peux lui faire confiance
Car elle a touché tes sens à la perfection.

* Hans Jochem Bakker (Artiste Peintre autodidacte né en 1948), n'illustre dans ses travaux pratiquement que des portraits de femmes formés de lignes convaincantes, parfois en esquisses ou parfois précises, tout en volume.
La construction de ses Tableaux est particulièrement riche et cache un grand amour pour la peinture elle-même.
Pourtant, il part du principe qu'une Toile n'est jamais vraiment terminée et ce, même quand il n'y travaille plus.
Il considère que ses Œuvres les plus récentes portent encore et encore la promesse de ce qui va suivre et qui comblerait ses attentes pour la première fois.
Ce n'est cependant qu'une illusion douce-amère, la glorieuse douleur d'un artiste.


► Cette vidéo est monétisée uniquement en faveur des Titulaires des Droits d'Auteurs et des Artistes.
Disclaimer : I Do Not Own Any Rights To This Song and Paintings. All rights belong to their Respective Owners.

Loading...

Advertisement
When autoplay is enabled, a suggested video will automatically play next.

Up next


to add this to Watch Later

Add to

Loading playlists...