Loading...

Manif 1er Mai - Compile Violences Policières

147,123 views

Loading...

Loading...

Loading...

Rating is available when the video has been rented.
This feature is not available right now. Please try again later.
Published on May 4, 2017

Usul - Les flics (tout le monde déteste la police?)
https://www.youtube.com/watch?v=R1jP4...
[1er Mai - Violences Policières] Que s'est-il réellement passé le 1er Mai à Paris ?
Vu que les médias parlent seulement des policiers blessés et ne montrent que les violences révolutionnaires voici une compile des violences policières et quelques images de la riposte populaire.
Les CRS ont attaqué les manifestants avec des grenades bien avant le fameux cocktail molotov sur le policier, mais pourtant, aucune information dans les médias, aucune violence policière n'est montrée.
Dès le début de la manifestation, les forces de l'ordre ont divisé le cortège en 2 en se positionnant au milieu. Le cortège de tête a tenté de rejoindre le reste de la manifestation en avançant simplement, les CRS envoient des grenades de désencerclement à plusieurs reprises.
Face aux violences policières, autodéfense populaire.
Alors que dans cette manifestation il y a eu (contrairement à ce que dit(1) le syndicat de police avançant l'interdiction du lanceur de balle) des tirs de LBD et Flash-Ball en masse (plusieurs à hauteur de visage), plusieurs centaines de grenades explosives (désencerclement) dont plusieurs lancées en cloche, tirs tendus de lanceurs de lacrymos alors qu'il y a une interdiction d'utilisation en dessous d'un angle de 30°.

Lien Facebook de la vidéo : https://www.facebook.com/LoicCitation...

(1) : 1er mai : le syndicat Alliance glisse encore un mensonge dans sa com’
https://paris-luttes.info/1er-mai-le-...

═≈╍═≈╍═≈╍═≈╍═≈╍═≈
Ci-dessous une liste recensant ce que les street medics ont pu prendre en charge, classé selon le type de blessure et les armes utilisées.
------ 168 Blessures soignées par les Street Medics -------
https://paris-luttes.info/communique-...

« Aux mains de l'individu, la force s'appelle crime
Aux mains de l'Etat, la force s'appelle droit. »
- Max Stirner

« Il y a trois sortes de violence. La première, mère de toutes les autres, est la violence institutionnelle, celle qui légalise et perpétue les dominations, les oppressions et les exploitations, celle qui écrase et lamine des millions d’hommes dans ses rouages silencieux et bien huilés.
La seconde est la violence révolutionnaire, qui naît de la volonté d’abolir la première.
La troisième est la violence répressive, qui a pour objet d’étouffer la seconde en se faisant l’auxiliaire et la complice de la première violence, celle qui engendre toutes les autres.
Il n’y a pas de pire hypocrisie de n’appeler violence que la seconde, en feignant d’oublier la première, qui la fait naître, et la troisième qui la tue. »
- Hélder Câmara

« De même que le gouvernement ne sert en général qu'à protéger les classes privilégiées, de même la police et la magistrature ne servent qu'à réprimer ces délits que le peuple ne considère pas comme des délits : ceux qui heurtent les privilèges du gouvernement et des propriétaires. Pour une véritable défense sociale, pour défendre le bien-être et la liberté de tous, rien n'est plus pernicieux que l'existence de ces classes que le prétexte de défendre tout le monde fait vivre, qui s'habituent à voir en tout un chacun un gibier à mettre en cage et qui vous frappent sans savoir pourquoi, sur l'ordre d'un chef, comme des tueurs à gages inconscients. »
- Errico Malatesta

➸➸➸➸

L'appel au Sabotage de Jack London

« Ainsi, je suis retourné à la classe ouvrière dans laquelle je suis né et à laquelle j'appartiens. Je n'ai plus envie de monter. L'imposant édifice de la société qui se dresse au-dessus de ma tête ne recèle plus aucun délice à mes yeux. Ce sont les fondations de l'édifice qui m'intéressent. Là, je suis content de travailler, la barre à mine à la main, épaule contre épaule avec les intellectuels, les idéalistes et les ouvriers qui ont une conscience de classe- et nous donnons de temps en temps un bon coup de barre à mine pour ébranler tout l'édifice. Un jour, lorsque nous aurons un peu plus de bras et de barres à mine, nous le renverserons, lui et toute sa pourriture et ses morts non enterrés, son monstrueux égoïsme et son matérialisme abruti. Puis nous nettoierons la cave et construirons une nouvelle habitation pour l'humanité. Là, il n'y aura pas de salon, toutes les pièces seront lumineuses et aérées, et l'air qu'on y respirera sera propre, noble et vivant. »
- Jack London, Ce que la vie signifie pour moi (1906)

Loading...

to add this to Watch Later

Add to

Loading playlists...