Loading...

Le village Ahdouche sous la neige

5,207 views

Loading...

Loading...

Loading...

Rating is available when the video has been rented.
This feature is not available right now. Please try again later.
Published on Jan 3, 2010

Nous sommes encore à PARIS. Dès les premières heures de la matinée, des informations recoupées faisaient (déjà) état de la tempête de neige sur la Kabylie, la possible fermeture de plusieurs axes routiers reliant le chef-lieu de wilaya aux autres localités. Les radios et la presse parlaient aussi, avec beaucoup d'insistance, d'« énormes couches de neige » dans tous les villages situés à plus de 900 m d'altitude.
Ce sont ces conditions qui nous ont poussés à prendre nos billets et préparer notre voyage pour aller au fin fond des villages de Kabylie pour constater, de visu, la beauté du paysage et les terribles conditions d'une population résignée à faire face au froid, souvent avec des moyens dérisoires.
Arrivée à Alger le temps est splendide : ciel bleu, température 20 °. Direction Tizi-ouzou ou il nous a fallu une gymnastique bien complexe pour pouvoir dénicher une voiture adéquate. Aucune agence n'a acceptée de nous louer une voiture pour prendre la route des montagnes dans de telles conditions. Cela nous a tout de même pris une demie-journée pour enfin tomber sur un ami d'un cousin  qui accepte de nous prêter son propre 4X4 en échange de notre Peugeot 406 pour faire cette montée. A notre grande surprise, cet ami nous propose sa voiture pour aller à notre destination sans poser aucune condition. Il se contentera juste de nous avertir : « La chaussée est glissante et dangereuse... » «...rebrousser chemin au premier circuit que vous trouverez fermé.».

Quand nous arrivons au niveau du barrage, nous sommes immédiatement saisis par l'obscurité et la morosité qui sévissent sur les lieux. C'est à cet endroit que la neige commence à bien recouvrir le sol. A notre surprise, nous nous apercevons que la route n'est pas coupée. Sur les bas-côtés de la chaussée, on aperçoit de la neige fraîchement rejetée pour dégager le goudron. Les chasses-neige sont passées par là. Pourtant, apprendra-t-on plus tard, ce même circuit routier était impraticable dans la matinée. Lorsque nous atteignons Larbâa Nath Irathen, nous sommes frappés par la déconcertante morosité qui règne sur les lieux. On dirait que la ville est vidée de ses habitants. Même les badauds, habituellement très "actifs" à cette heure de la journée, sont invisibles.
Mais, soudain, des nuages blancs couvrent la région de Larbâa Nath Irathen et une tempête, aussi brusque que violente, s'abat sur nous. Les vents sont forts et la neige recouvre de plus en plus la chaussée. Cette dernière devient dangereusement glissante. La visibilité est presque nulle. Entre-temps, notre chauffeur devient moins aventurier et beaucoup plus prudent. Désormais, on commence à nous poser  des questions sur notre intention de continuer la montée vers Michelet. Nos appréhensions sont renforcées par les dernières infos météo diffusées par la radio et qui annoncent l'arrivée de nouvelles perturbations et un nombre hallucinant de routes coupées. "Même si nous défions la chaussée glissante, il nous sera impossible de rejoindre d'autres localités. La neige finira par nous isoler...

Loading...

When autoplay is enabled, a suggested video will automatically play next.

Up next


to add this to Watch Later

Add to

Loading playlists...