Loading...

Le Wali de Ouargla, émeutes des logements, ou est Tebboune ?

2,622 views

Loading...

Loading...

Loading...

Rating is available when the video has been rented.
This feature is not available right now. Please try again later.
Published on Apr 12, 2013

Edifices saccagés et brûlés, voitures incendiées, routes bloquées, fumée de bombes lacrymogènes persistante, pneus en feu et amas de cailloux dans tous les sens.

Telle était l'image chaotique de Ouargla, hier, alors que les protestataires d'une liste de logements sociaux affichée mercredi matin ont dévasté la ville et semé la panique au sein de la population. Vingt-sept policiers ont été blessés dans les affrontements. L'un d'entre eux est dans un état grave. Les autorités ont demandé des renforts aux wilayas voisines pour renforcer la sécurité des bâtiments publics. Le wali de Ouargla a décidé hier dans la soirée de geler la liste des bénéficiares et a annoncé la constitution d'une cellule de crise pour contenir la colère de la rue. Il a ordonné une enquête en déclarant que personne n'était au-dessus des lois de la République. Après une grève de trois jours, les écoles ont prolongé le débrayage, les commerces ont baissé rideau dans la matinée et les boulangeries ont décrété une journée sans pain, peu après la fournée de 6h.
le P/APC de Ouargla qui a dénoncé, par un communiqué officiel, la liste qu'il considère «illégitime» et «irrégulière». Djezzar Adelhamid avait refusé de signer la liste bien avant son affichage.

Il vient d'oser ce que personne n'a fait avant lui : dire non à l'administration. Membre d'une commission de distribution présidée par le chef de daïra et où il n'a pas son mot à dire, ce dernier a demandé le gel et la révision de la liste, soulignant que «l'opération nécessite des enquêtes sociales plus approfondies pour déterminer les vrais bénéficiaires, ceux répondant aux critères réglementaires». Le P/APC est également le seul responsable à avoir appelé les émeutiers au calme allant jusqu'à demander des comptes au chef de daïra et à la commission de distribution qu'il rend responsables des derniers troubles. A l'heure où nous mettions sous presse, les affrontements se poursuivaient dans le centre-ville s'étendant à Beni Thour et Aïn Beïda après le caillassage et le pillage des établissements étatiques de l'artère principale de la ville, alors que le commissariat central se situe à quelques mètres seulement.
Des logements de mauvaise qualité :

Les nouveaux logements sociaux ressemblent à ceux construits auparavant qui polluent l'espace saharien, tout en ne réglant pas une crise de logement qui persiste. Des bâtiments en béton à deux, trois et quatre étages et à perte de vue.

Des bâtisses hideuses aux mille malfaçons, avec de minuscules cellules pour chambres, des boiseries et du carrelage de mauvais choix, des canalisations qui ne fonctionnent pas, etc.

Ces logements sociaux sont situés au milieu des dunes, à 8 km de Ouargla, dans la cité-dortoir de Hai Ennasr communément appelé El Khafdji... n'en déplaise à Abdelmadjid Tebboune qui prône la réalisation de logements sahariens adaptés au relief et au climat hostile du désert pour offrir un meilleur cadre de vie aux habitants du Sahara, où il fait déjà 38° C et où il en fera bientôt 50.

Loading...

When autoplay is enabled, a suggested video will automatically play next.

Up next


to add this to Watch Later

Add to

Loading playlists...