Loading...

DADDY MORY Kilos - GENERATION H

127,171 views

Loading...

Loading...

Rating is available when the video has been rented.
This feature is not available right now. Please try again later.
Published on Aug 1, 2019

http://www.generation-h.fr

Clip réalisé par Andréa Dautelle & Sacha
montage : Andrea Dautelle

CREDITS "Kilos"

Lyrics : Daddy Mory
Riddim : Kultcha B & Dig Studio
Prise de voix Cisko (Guardian House)
Mix Riddim : Dj FUN & Kultcha B
Mix Vocal : Dj Fun
Mastering : Villa Mastering
Production : Génération H
Photo : Andréa Dautelle
Graphisme : Andréa Dautelle
http://www.generation-h.fr

Moins d'un mois après la sortie du tome 4 du roman Génération H d'Alexandre Grondeau (un road trip musical, underground et haschisché), nous vous offrons, régulièrement pendant tout l'été, un morceau produit spécialement pour l'occasion. A la rentrée, chaque lecteur pourra recevoir la compilation gratuitement en se rendant dans la rubrique audio du site www.generation-h.fr

LE ROMAN

Ici et maintenant, Génération H est le quatrième volet de la saga littéraire culte Génération H démarrée en 2013, un road trip autour du monde rendant hommage à tous les fumeurs d’élites, amateurs de plaisirs interdits et de fêtes inoubliables. La Génération H a enfin son roman. Faites tourner.

« Ma mère est née au Vietnam, j’ai appris à marcher au Gabon, mes grands-parents sont corses, mon coeur est à Kingston, La Havane, Londres et Berlin. J’ai grandi dans un quartier où les cages d’escalier sentaient le couscous et le poulet massalé. Les vendeurs de fruits et de légumes ne vendaient pas que des feuilles de salade et des herbes de Provence. Ça dealait cher, ça criait fort, ça palabrait souvent, ça bédavait sévère. Les restaurants affichaient complet, qu’ils soient orientés chiche- kebab, cuisine orientale ou rasta ital. On était tous un peu débrouillards, un peu voyous, un peu rêveurs, vraiment tchatcheurs.
Je buvais déjà du rhum de la Barbade quinze ans d’âge dans des verres en plastique made in China. Je l’achetais toujours chez l’épicier du coin. Il connaissait mes préférences caribéennes et faisait crédit dans ses bons jours. Je fumais du charasse indien, du double zéro marocain, de la bonne camerounaise et de la skunk hollandaise. Les voisins parlaient portugais, italien ou patois. Il y avait des Serbes et des Kosovars qui galéraient à joindre leurs familles séparées par la guerre. Tout le monde avait fait sa Marche des beurs et envoyé du riz en Éthiopie. Les plus anciens parlaient des sales boches et de Vichy, mais cela ne nous touchait plus. On était tous le métèque de quelqu’un. J’étais français. »
www.generation-h.fr

Loading...

When autoplay is enabled, a suggested video will automatically play next.

Up next


to add this to Watch Later

Add to

Loading playlists...