Upload

Loading...

Le Parc Mémorial Canadien de Vimy - Site Guerre 1914-1918 - Tranchées - DANY

9,162 views

Loading...

Loading...

Loading...

Rating is available when the video has been rented.
This feature is not available right now. Please try again later.
Published on Mar 21, 2012

Vidéo Personnelle qui montre sur 360° les tranchées de la grande guerre de 1914-1918.

ATTAQUE BRITANNIQUE D''AVRIL 1917. : La conquête de la falaise de Vimy :

Au printemps 1916, les Britanniques, étendant leur front de tranchées vers la Somme, relèvent les bataillons français dans les secteurs d'Arras.
Pendant l'hiver 1916-1917, des travaux considérables d'équipement du front d'attaque sont entrepris.
Après les enseignements de Verdun et de la Somme, la méthode d'attaque s'est précisée les moyens matériels, surtout, en artillerie, se sont considérablement accrus.
La falaise de Vimy, dont fait partie la Cote 119, va enfin être emportée.
L'honneur de la conquête revient à la 1ere Armée britannique (Horne), et plus encore au corps Canadien (Byng) , à 4 divisions :1er division (Currie), 2e (Burstall), 3e (Lipset), 4e (Watron).
Le bombardement britannique, par rafales extrêmement violentes, bouleverse les défenses allemandes dont les réseaux de barbelés atteignent 100 mètres d'épaisseur.
Pour la première fois, l'armée britannique utilise le tir indirect de centaines de mitrailleuses qui, groupées par, batteries, font pleuvoir par-dessus les lignes une véritable pluie de balles. Avec le bombardement ce tir interdit tout ravitaillement à l'ennemi.
Enfin, dès les premières heures du 9 avril, un tourbillon de feu et de mitraille s'abat sur les lignes ennemies et leurs batteries. Le nombre des canons britanniques est formidable: leurs roues se toucheraient sur toute la longueur de la ligne de bataille si on les avait placés les uns à côté des autres.
Dans la pluie et la brume de l'aube naissante, des fusées rouges, vertes, blanches, s'élèvent des tranchées adverses. Ce sont les demandes urgentes des tirs de barrages protecteurs et d'envois de secours immédiats. La pluie redouble, poussée violemment par un vent d'ouest. A 5 h. 30, les Canadiens bondissent de leurs trous et escaladent les pentes de la falaise. Ni les intempéries, ni la terre gluante n'arrêtent leur élan endiablé.

En 40 minutes, 3 lignes de tranchées sont franchies ; les premiers objectifs sont enlevés : la ferme de la Folie et le hameau des Tilleuls. La première vague s'installe sur ces positions conquises. La deuxième vague la dépasse et descend les pentes de la falaise. La Cote 132, dite Colline du Télégraphe, puis le village de Farbus, sont emportés. Dans ce village et le bois voisin, les Canadiens capturent une nombreuse artillerie. Les Allemands résistent fortement dans les nombreux réduits établis à contre-pente. Des défenseurs, réfugiés dans les carrières de craie et dans deux tunnels, sont capturés. Les renforts allemands contre-attaquent désespérément pour reprendre leurs positions perdues; ils se heurtent, avec d'effroyables pertes, à la ténacité inébranlable des Canadiens. La lutte est particulièrement âpre à l'extrémité nord de la crête tenue par la 4e division canadienne, elle continue sanglante toute la nuit. Le lendemain, le point dominant de la crête de Vimy est arraché à la défense allemande, la côte 145.
La victoire est rapide mais coûteuse en vies humaines : 10.602 victimes dont 3598 Canadiens...
Toute la falaise est aux Canadiens dont le butin est considérable 5.000 prisonniers, une centaine d'officiers, 50 canons, 125 mitrailleuses et une quantité d'engins de toutes sortes.
Cette victoire va constituer un point tournant pour les forces alliées, et au Canada, créer un sentiment d'unité dans un pays encore jeune...

Loading...

When autoplay is enabled, a suggested video will automatically play next.

Up next


to add this to Watch Later

Add to

Loading playlists...