Upload

Loading icon Loading...

This video is unavailable.

Bruno Sulak - Braqueur , Cambrioleur , Gentleman - [FR]

Sign in to YouTube

Sign in with your Google Account (YouTube, Google+, Gmail, Orkut, Picasa, or Chrome) to like LaChaineDuCrime LeRetour's video.

Sign in to YouTube

Sign in with your Google Account (YouTube, Google+, Gmail, Orkut, Picasa, or Chrome) to dislike LaChaineDuCrime LeRetour's video.

Sign in to YouTube

Sign in with your Google Account (YouTube, Google+, Gmail, Orkut, Picasa, or Chrome) to add LaChaineDuCrime LeRetour's video to your playlist.

Published on Sep 19, 2012

Bruno Sulak est un voyou au grand cœur. D'abord légionnaire, puis voleur multirécidiviste, il a toujours réussi à ne pas utiliser la violence comme fait d'arme, même durant ses évasions spectaculaires. Ce véritable gentleman cambrioleur est décédé dans des conditions obscures à Fleury-Mérogis le 29 mars 1985.




Suivant la tradition paternelle, Bruno Sulak s'engage dans la légion étrangère. On est en 1975, il a 20 ans. Comme tous les légionnaires, il change d'identité et devient donc Bernard Suchon.
Quelques mois après, le jeune homme part à Djibouti avec le 2e REP. 3 ans de légion, pas un seul jour de trou pour cet «excité» et un record du monde de chute libre.

C'est ce record qui va bouleverser la vie de Bruno Sulak. On ne veut pas lui accorder l'homologation... à moins qu'il ne s'engage dans la légion pour 5 années supplémentaires. Révolte, incompréhension, colère. Il part voir sa famille pour le week-end sans en avoir demandé la permission.
Malheureusement pour lui, le 2e REP part en Afrique, en mission secrète. Il est donc déclaré déserteur.

1979. Il se marie sous son vrai nom mais quelques jours après, les gendarmes viennent l'interpeller pour sa désertion. Surprise pour les forces de l'ordre, le coffre de la voiture de Bruno Sulak est plein de billets de banque, de chèques à l'ordre d'un supermarché et d'armes. Il est alors incarcéré.

Mais pas pour longtemps. Il s'évade le 24 juin 1980 de la prison d'Albi et proclame «Je fais un pari, le jour où la culture intellectuelle, physique, l'éducation véritable, les sentiments, la musique auront cours en prison, je suis disposé à y retourner, à y rester. Mais en attendant, assez d'hypocrisie. La vérité, c'est que l'individu en prison est brisé, déséquilibré, rendu hargneux, haineux et violent».

Braqueur, déserteur, évadé, certes, mais Bruno Sulak est aussi un homme qui prône la non-violence, qui veut combattre l'inégalité. Un Robin des Bois des temps modernes en somme.

Facebook de la chaine : http://www.facebook.com/pages/LaChain...

Loading icon Loading...

Loading icon Loading...

Loading icon Loading...

The interactive transcript could not be loaded.

Loading icon Loading...

Loading icon Loading...

Ratings have been disabled for this video.
Rating is available when the video has been rented.
This feature is not available right now. Please try again later.

Loading icon Loading...

Loading...
Working...
to add this to Watch Later

Add to