Upload

Loading icon Loading...

This video is unavailable.

Mali/Sahel - En attendant la guerre

Sign in to YouTube

Sign in with your Google Account (YouTube, Google+, Gmail, Orkut, Picasa, or Chrome) to like DarnaTelevision's video.

Sign in to YouTube

Sign in with your Google Account (YouTube, Google+, Gmail, Orkut, Picasa, or Chrome) to dislike DarnaTelevision's video.

Sign in to YouTube

Sign in with your Google Account (YouTube, Google+, Gmail, Orkut, Picasa, or Chrome) to add DarnaTelevision's video to your playlist.

Published on Dec 13, 2012

Emission du 12/12/12 - France 5 - C dans l'air (Mali) : Mali - En attendant la guerre
Antoine Glaser, Pierre Servent, Vincent Hugeux, Aminata Konaté-Boune
(version complète sur la page Darna Television]


Le Mali, dont la moitié nord est occupée depuis juin par des islamistes armés liés à Al-Qaïda, plonge encore un peu plus dans la crise et l'incertitude après la démission forcée du Premier ministre. Son arrestation remet en cause l'intervention d'une force militaire internationale dans le pays.


C'est un nouveau coup dur pour le Mali. Alors que la moitié nord de ce pays sahélien, charnière entre l'Afrique du nord et l'Afrique noire, est depuis huit mois tombée aux mains de groupes islamistes armés , avec le soutien d'éléments d'Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi), la démission forcée du Premier ministre malien, Cheick Modibo Diarra, ravive la crise politique à Bamako.

Nommé au printemps dernier comme homme de consensus après le coup d'Etat contre le président Touré, cet astrophysicien a annoncé ce mardi 12 décembre, quelques heures après son arrestation, sa décision de quitter son poste de chef du gouvernement. L'armée a nié avoir intenté un nouveau putsch, mais selon plusieurs sources, l'ancien Premier ministre aurait été poussé dehors car il était favorable à une intervention internationale pour aider les forces maliennes à reconquérir le nord du pays.

De fait, la première conséquence de cette démission est qu'elle paralyse les efforts internationaux pour rétablir l'intégrité territoriale du pays. L'arrivée des troupes de la Cédéao, comme celle des instructeurs qui doivent former les militaires maliens, est dépendante de la présence d'un gouvernement légitime au Mali. Or, si le médiateur de la République, Diango Cissoko, a été nommé mardi soir au poste de Premier ministre, l'ingérence des militaires est jugée néfaste par la communauté internationale, qui peine à s'accorder sur la façon d'intervenir.

En attendant un dénouement au Conseil de sécurité, l'armée malienne se prépare à la guerre tandis que l'exode de la population civile continue. Selon l'Onu, près de 430.000 Maliens ont fui, depuis mars, leurs foyers, dont près de 40 % pour trouver refuge au Burkina Faso, en Mauritanie ou au Niger.

Loading icon Loading...

Loading icon Loading...

Loading icon Loading...

The interactive transcript could not be loaded.

Loading icon Loading...

Loading icon Loading...

Ratings have been disabled for this video.
Rating is available when the video has been rented.
This feature is not available right now. Please try again later.

Loading icon Loading...

Advertisement
Loading...
Working...
to add this to Watch Later

Add to