Upload
54

Subscription preferences

Loading...

Loading icon Loading...

Working...

Mighz Music

MIGHZ - Vertige

13,036 views 4 months ago
Clip extrait de l'EP "Sans Gravité" : http://mighz.bandcamp.com
Facebook : https://www.facebook.com/Mi...
Soundcloud : https://soundcloud.com/mighz
Réalisation : Sisko - Rec and Play Media (http://recandplay.fr)

Un grand merci à La Compagnie Dix Par Etre, François Bel, Reso, Sisko, Le Mapcu, Thomas, Stéphanie, Loussert, Sandrine, Sashem, Benjamin et à tous ceux qui croient au projet.

LYRICS

S'ouvrir les veines ou pourrir de peine
Je comprends le choix du suicide, quand on se détruit 8 fois par semaine,
Lucide, Je sais ce que mourir signifie autant en finir de suite,
Vis ou meurs, fais le maintenant, vite le choix n'est pas une fuite

J'ai vu des signes, j'ai cru lire entre les lignes
Jusqu'à en perdre ma dignité Je croyais tout contrôler,
persuadé d'être le seul représentant de l'humanité
Agir en toute impunité, vu que j'avais l'immunité,

les idées me guidaient Je pouvais tout flairer,
pupille dilatée flatait ma vision déboussolée
J'en dormais plus, l'impression de vivre un rêve semi-cauchemard qui s'attarde, peur de la lumière comme on aurait peur du noir

Tellement démuni, banni, mis au banc du jardin de ma vie
J'ai tellement manger le sol, j'ai même gratter les sous-verres,
là où les viscères et les restes se battent en duel
que le fond de la terre m'as fait bondir au ciel, il est vrai j'ai conquis l' Everest


Et ces cons qui m'internaient,
avec des keums camés des meufs cramés
Faisaient tout pour me faire craquer
J'ai pris la fuite avant que le 18 ne retrouve ma trace
Car dans cet asile de fou, j'ai pas trouvé ma place

Alors j'ai couru comme un forcené avec mes jeans troués,
mes babouches et mes poches pleines de textes sales.
Ça allait , Jusque là tout va bien, je prend refuge non loin d'un pré, si près d'un Buisson, les bruits sont absents,

je n'entends que le son de ma respiration, Je respire tellement fort
que j'ai du mal à parler, pourtant je dois appeler du renfort
Me rappeler que je suis en cavale, que dalle, tous les mobiles occupés
Mes amis se font la malle, d'équipiers je n'étais pas équipé

Aujourd'hui, je peux les kicker sans aucun remord
Ils m'ont tué, ils m'ont mis un pied dans la tombe, méfies toi de l'eau qui dort
je fais des ronds dans les environs de l'horizon
Je suis le chaperon mais ces loups jamais ils ne m'attraperont


Je peux t'en parler, la folie affole la foule
Mais, c'est la vie qui nous aliène, personne ne nait fou à lier
à force de chuter sur le bitume De me casser les ailes, je m'invente un monde fabuleux je monte dans mon ULM

Du génie, j'en ai plein dans mon baratin, avec le temps j'ai mis de la fierté dans mon latin comme Adrien et son bar à thé
Page de vie rock and roll raté, alcool, drogue à foison
Bien qu'elle soit douce, j'ai bu le poison

me suit transformé en poisson
Ils ont voulu me manger si tôt qu'il m'ont vu comme un danger
J'étais pas assez léger, trop dispersé, dans une case ils ont voulu me ranger

Je délirai dans ma cave, ils m'ont pris pour un cave alors dans la cage ils m'ont enfermé voulait faire de moi une épave
Mais je vis dans une société où l'erreur n'est pas invitée
J'ai presque cru à l'utilité de me mutiler

Je suis pas un chien méchant qui pense qu'à aboyer
C'est toi le hargneux qui cherche à me formater
J'ai plus que tourner les pages, je suis carrément sorti du livre
Je souhaite à tout le monde de le vivre ce genre d'ivresse te délivre

Tout devenait bizarre, rien n'était plus hasard
J'avais un trouvé un sens au plus grand bazard
Un monde connecté avec toutes les clés pour le décrypter
Mes lunettes noires me servent de réalité augmentée

Mais putain que ça fait du bien de comprendre
Comme si tout pouvait s'expliquer, se corréler, se confondre
Il fallait que je descende, à trop vouloir côtoyer le soleil, je vais fondre
Tout élément se parait d'un sens profond, même les plus infimes subtilités
La position des objets, les certitudes chamboulées comme si j'en avais eu assez de la vision du monde aseptisée qu'on veut nous imposer

J'avais besoin de me défouler, d'exploser, de perdre la boule
Quand ça t'arrive tu crois que y'a que toi qui sait
Vous voulez l'histoire funiculaire
Éclair de génie en équerre, J'arrivai à faire des parallèles avec des idées perpendiculaires

Je faisais des hamacs, des routes, des lignes étroites entre les arbres
Personne semblait au courant de Toulouse à ville d'Avray
L'inconscient humain est le plus grand mystère de la vie
On ne voit sa couleur que lorsqu'on dort... et j'ai assez dormi


J'ai eu des visions, j'ai dévissé les boulons
J'ai survolé le système et n'en suit pas sorti indemne Show less
Read more
Loading...
Working...
to add this to Watch Later

Add to